LE GRAND ESCROC

Mascarades d’Herman MELVILLE

Adaptation, mise en scène : Patrick MELIOR.

Du Grand Escroc d’Herman Melville, l’auteur de Moby Dick, le Théâtre Alcyon présente plusieurs versions :

  • Une version, pour douze comédiens de l’Atelier-Alcyon sera présentée au Fort de Chaudanne à Besançon, du 12 au 17 septembre 2017.

  • Une deuxième version, pour deux comédiens professionnels, a été créée au Théâtre de Voyageur à Paris en janvier 2017 (Voir extrait vidéo ci-dessus) Reprise de ce spectacle au Fort de Chaudanne à Besançon, du 19 au 23 septembre 2017.

Ainsi nous proposons plusieurs interprétations d’un même texte, sachant qu’il pourrait y en avoir d’autres, à l’infini… en fonction des comédiens, des lieux de représentation, d’un contexte. Toute mise en scène est le fruit d’un agencement où se mélangent hasard, expériences diverses et opportunités.

Du roman au théâtre.

« Le Grand Escroc », « The confidence-Man », parfois traduit « L’Escroc à la confiance », est un récit délirant dont l’humour peut faire penser à Swift ou aux Monty Python, la philosophie à Voltaire ou au Grand Magic-Circus, l’écriture à Joyce ou à Beckett. Nous voici bien armés !
L'énorme « river boat », « Le Fidèle », perd et reçoit à chaque escale de nouveaux passagers... C’est un « Grand Théâtre » avec défilé à l’infini de personnages et de destins. Ce roman a été écrit avant le cinéma et pourtant c’est un immense scénario : fragmentation de scènes par plans, descriptions ou « didascalies », détails et gros plans. On nous dit tout ! Mais comment rendre compte des digressions vertigineuses ? Nous n’arriverons pas à tout faire, mais le théâtre, c’est se mettre à la tâche.
P.M.

Quelques citations…

Les ouvriers ? « L’animal réfractaire qu’est l’ouvrier ne sera bientôt plus qu’un fossile désuet ! ».
La jeunesse ? « Ayez confiance, cela s’arrangera : le vaurien est la matière première du saint ! ».
Philanthrope ou Misanthrope ? « Il est plus plaisant de tirer sur une pipe philanthropique que de passer son temps à tripoter un fusil misanthropique ».
Qui êtes-vous donc ? « Un philanthrope cosmopolite. Un citoyen universel. A ce titre je ne me suis attaché à aucun tailleur ni maître à l'esprit borné. Je fédère aussi bien dans mon cœur que dans mon costume, diverses élégances sous des cieux divers. Ce n'est pas en vain que l'on roule sa bosse sur notre belle planète ! Etre éduqué par elle, se mêler à tout ! Sur elle, nul n'est étranger ! »