L’utopie Alcyon

L’utopie n’est pas ce que l’on jette dans les nuages. C’est une fleur qui annonce le fruit. Avant d’être une entreprise de production culturelle, le Théâtre Alcyon est d’abord un lieu d’expériences, le lieu d’une pensée, d’une volonté que l’on met en pratique. Peut-on demander au Théâtre Alcyon d’être ce qu’il n’est pas ? Ce qu’il n’a pas choisi d’être ?

L’implication de la Compagnie dans la formation théâtrale a généré des créations originales (souvent dans des lieux improbables, hors des théâtres) qui ont, selon les époques, été soutenues par des institutions dont les responsables avaient compris l’intérêt. Aujourd’hui l’ouverture à l’originalité s’est rétrécie, n’est plus jugée nécessaire, n’est même plus entendue : il faut entrer dans le rang, proposer un produit commercialisable, le diffuser tout de suite, dans des lieux banalisés. Et pourtant…

Le théâtre joue un rôle social majeur non pas en tant que produit mais en tant que processus. Un processus implique une relation où l’on tisse des liens. N’avons-nous pas la nécessité aujourd’hui, plus encore qu’hier, de tisser des liens ? De recoudre le tissu du monde. Le théâtre joue là pleinement son rôle, n’est pas seulement le divertissement passif d’une société épuisée. Consommer les plaisirs du théâtre est une chose, mais il y a aussi s’impliquer dans sa fabrication. Refoulé mais tenace, il y a dans nos sociétés un grand besoin de faire. Le théâtre peut y répondre car c’est un terrain où toutes les énergies sont bienvenues, même chaotiques, elles y trouvent une forme.

Parfois constatant l’errance de jeunes gens dans la nuit de nos villes ou campagnes, il me vient le rêve d’être en capacité de leur apporter ce que mes maîtres au théâtre m’ont donné : l’espoir, l’enthousiasme, la considération. La joie de fabriquer du théâtre voilà ce que tous les participants à mes ateliers depuis quarante ans diront avoir retenu. Le théâtre est un outil de lien social. C’est une école où se refondent les destins, où la liberté du citoyen est envisageable.

C’est en quoi le Théâtre Alcyon se pense utile. C’est aussi pourquoi chaque année il demande, modestement, un peu d’aide à son existence.

Patrick Melior