Rives et dérives

1996, d'après Beckett

Un spectacle itinérant, dans un bateau, au fil de l'eau, dans les écluses et sur les berges.

Ta lettre est imbibée de larmes la mort c'est la seule solution. J'avais pleuré amèrement des larmes! des larmes! des larmes! et rien d'autre et puis ta lettre est arrivée avec encore des larmes, après que je l'ai lue encore et encore j'ai vu que j'avais des taches d'encre plein ma figure. Les larmes se dégoulinent sur ma figure...

Smeraldina

Après Dante ... Beckett.

Toute l'oeuvre de Samuel Beckett a été influencée par La Divine Comédie . Le personnage de Belacqua découvert par Beckett dans la Divine Comédie fera le lien. Belacqua, paresseux chez Dante et au Purgatoire pour cela, va se démultiplier, être le personnage beckettien jusqu'à devenir métaphore de l'épuisement, de l'errance. Il y a chez Beckett comme chez Dante les mêmes incertitudes, le même exil de l'amour. Certes, Dante fait "le voyage initiatique" jusqu'à son terme. Le paradis lui était possible. Mais était-ce bien le paradis ou seulement la joie qu'éprouve le poète à le décrire? L'art...une consolation ? Chez Beckett, il n'est pas de paradis possible. Ses personnages sont les âmes d'un purgatoire à l'envers, sans espérances, où l'aliénation est ontologique, l'exclusion définitive. Mais dire l'aliénation n'est pas l'accepter. Il y a dans l'oeuvre de Beckett un désir de résistance. L'inacceptable n'est pas accepté.